Regarder l'Azerbaïdjan différement

Me voici revenu d'Azerbaïdjan, cette ancienne république soviétique qui s'étend de la mer Caspienne aux chaînes montagneuses du Caucase. Un peu en Asie mineure, un peu européenne quand même, cette nation laïque dans laquelle les femmes votent depuis plus de 100 ans réserve bien des surprises.


Mais bon, j'ai vu beaucoup de choses de Bakou, la capitale, au Karabakh, où malheureusement la guerre fit rage l'an dernier avec le voisin arménien ; malgré un accord de paix, il arrive encore que des tirs fassent des victimes.

Ayant pris 5000 photos, il me faut un peu de temps pour tout trier et vous montrer des choses étonnantes, belles, tristes et révoltantes aussi.

J'ai plusieurs articles à écrire et sans doute des interviews à donner à la radio et dans la presse sur le sujet (6 interviews télé sur place, 1 à la presse, et en France et en Angleterre, j'ai déjà des demandes).

Mais je voulais déjà vous donner un aperçu, un avant-propos, de ce périple passionnant.

J'en profite d'ailleurs pour remercier le State Committee on work with Diaspora of the Republic of Azerbaijan pour son invitation.


Nous étions un groupe de journalistes internationaux venant de France, Etats-Unis, Japon, République Tchèque, Moldavie, Turquie, Malaisie, Egypte, Chypre, Algérie, et de cette chère Ukraine, qui souffre tant en ce moment, et nous avons eu la chance de rencontrer Mr Elnur Soltanov, Ministre de l'Energie, qui nous a présenté les passionnants projets de centrales solaires et éoliennes en Azerbaïdjan, les démineurs de l'ANAMA, qui risquent leur vie pour que d'autres ne la perdent pas (impressionnant de les voir travailler sur le terrain!!), et de visiter le nouvel aéroport flambant neuf de Fuzuli dans le Karabakh, construit en seulement 9 mois, ce qui est un véritable exploit!

Beaucoup plus dramatiques et émouvantes furent les visites du charnier d'Edilli et de la ville fantôme d'Agdam dont il ne reste que des ruines et des soupirs.

Toute guerre est une abomination, un drame, pour tous ceux qui y participent.

Un démineur de l'ANAMA à Agdam...Ce n'est pas un exercice...

Par contre, j'ai du mal à comprendre certaines exactions, les charniers, la profanation de cimetières...

Aucune guerre n'est propre, et cette guerre entre azerbaïdjanais et arméniens a eu son lot d'horreurs.

J'en ai vu une partie, et j'espère que d'un côté comme de l'autre, ces deux peuples trouveront la force de choisir la paix, peut-être le pardon, même si les cicatrices sont profondes et pour longtemps.

Les mines antipersonnels et antichars sont partout dans le Karabakh

Ah oui!...

Avant que l'on ne m'accuse de connivence, ou de je ne sais quoi, sachez que je n'ai aucun intérêt dans ce pays, que je n'ai pas été payé pour y faire mes photoreportages, pas plus que je n'ai reçu du caviar, des dollars, ou des galons de pétroles (je le précise, car lorsque l'on parle de l'Azerbaïdjan, il arrive que l'on reçoive ce genre d'accusation.).

Maintenant que c'est clair pour tout le monde, essayons de regarder les choses positives dans ce pays ; il n'en manque pas !


Le nouvel aéroport international de Fuzuli, Karabakh

Il est facile de rester sur un plan politique au sujet de ce pays, mais il ne faut pas le réduire à un conflit (Regardez de plus près la politique aux Maldives ou au Sri Lanka, par exemple, et vous réfléchirez sans doute avant d'y aller... Quant aux milliers de touristes découvrant chaque année la cité interdite en Chine, ils ne pensent ni à l'absence de démocratie, ni aux droits de l'homme bafoués dans ce pays), et je vous assure que vous y passerez d'excellentes vacances auprès d'un peuple très accueillant et amical !

Car on peut skier ici, ou aller à la plage; il y a des sites archéologiques, culturels et naturels de premier plan!

Et la capitale, Bakou, ravira les touristes et les clubbers grâce à ses bars et discothèques super hype... Il y en a pour tous les goûts...

Shusha, berceau de la culture azerbaïdjanaise

La suite au prochain numéro!!

166 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout